M Thodes Agiles En 3 Mois

Une magnifique leçon de recherche clinique Deni de pascal robaglia

À la déshydratation s'accroissant chez non supportant la sécheresse ÓáßÔÑ¡¿® à la première période l'intensité de la respiration ÓáßÔáÑÔ il est possible à cause d'une grande quantité de produits (hexose) simples de l'hydrolyse des polyholosides, pour l'essentiel l'amidon, et puis baisse graduellement. Cependant détachant dans le procès ñÙÕá¡¿n l'énergie n'est pas accumulée à, et se diffuse en forme de la chaleur (célibataire. À l'action sur les plantes de la température élevée (45 °) et le vent sec il y a des changements profonds structuraux, l'endommagement ou õÑÓÑ¡Ô«ó du mécanisme. Tout cela témoigne de la violation de l'échange énergétique des plantes. Dans les racines et augmente le contenu des amides. On freine finalement la croissance de la plante, particulièrement les feuilles et les tiges, baisse la récolte. Près des plantes plus supportantes la sécheresse tous ces changements moins óÙÓáªÑ¡Ù.

Distinguent deux types : temporaire et profond. ­ temporaire des plantes la sécheresse atmosphérique, quand en présence de l'eau accessible au sol elle non Òß»ÑóáÑÔ entrer à la plante d'habitude arrive et compenser sa dépense. À temporaire des montagnes touristiques des feuilles se rétablit à óÑþÑÓ¡¿Ñ et les heures de nuit. Temporaire réduit des plantes, puisque à la perte la montagne touristique du stomate se ferment

Le manque de l'eau des tissus des plantes résulte de l'excès de sa dépense sur la transpiration devant l'entrée du sol. Cela souvent au temps chaud solaire vers le milieu du jour. De plus le contenu de l'eau dans les feuilles baisse sur 25—28 % en comparaison de matin, les plantes perdent des montagnes touristiques et. Baisse Finalement le potentiel d'eau des feuilles qu'active l'eau du sol à la plante.

La résistance à la sécheresse des plantes agricoles est le signe complexe lié à une série de leurs particularités physiologiques. Les plantes supportantes la sécheresse ¡Ù transférer la déshydratation temporaire avec le plus petit ß¡¿ªÑ¡¿Ñ des procès et la fertilité. D'après les données d'I.I.Toumanova, de longue durée, provoqué les sols, se reflète peu sur la récolte du mil, mais est très fort ß¡¿ªáÑÔ la récolte de l'avoine. N.A.Maksimov (195 marque qu'est absent Ññ¿ú« comme la résistance à la sécheresse des cultures agricoles, comme il n'y a pas de signes universels de la résistance à la sécheresse. Des signes totaux il faut marquer plus petit négatif de la déshydratation et la restitution plus rapide des fonctions physiologiques après la sécheresse chez plus des aspects et les sortes des cultures agricoles.

Des procès physiologiques le plus sensible au manque de l'humidité est le procès de la croissance, les rythmes de qui au manque s'accroissant de l'humidité baissent considérablement avant la photosynthèse et la respiration. Les procès rostovye s'attardent même après la restitution de l'approvisionnement en eau. À la déshydratation progressant on observe la succession définie en action les sécheresses sur les parties séparées de la plante.

Du devenir 2; les violations de la structure des chloroplastes; les retards du reflux des feuilles. D'après les données de V.A.Brilliant (192, la réduction de la feuille près de la betterave sur 3—4 % amène à la réduction de la photosynthèse sur 76 %.